L’origine de Saint-Nicolas-de-Redon

Saint-Nicolas-de-Redon vient de Saint Nicolas de Rotono ; Saint-Nicolas-de-Redon est un démembrement de la paroisse d’Avessac. La paroisse d’Avessac était constituée jadis de 16 frairies. Quatre frairies(celle du bourg – Saint-Nicolas, celle de La Provotaie – Saint-Joseph,celle de Rotz – Sainte-Anne, et celle de Quinsignac – Saint Côme et Damien)se sont détachées d’Avessac, après la Révolution, pour former la commune de Saint-Nicolas-de-Redon.Saint-Nicolas-de-Redon est une ancienne trêve d’Avessac.

Le village de Quinsignac, qui date du IXème siècle, est la partie la plus ancienne de Saint-Nicolas-de-Redon : ce village est érigé à l’emplacement d’un ancien camp romain. En 842, Harscoët d’Avessac offre à l’abbaye de Redon, une partie de ses terres.

Au XVème siècle, sont édifiés un prieuré et une chapelle, sous l’invocation de Saint-Nicolas. A l’origine, ce prieuré ne servira que d’entrepôt à céréales pour les moines de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon. La chapelle deviendra plus tard le centre du bourg. On peut y voir une maison ayant appartenu aux Templiers.

Monuments

– l’église Saint-Nicolas (1849), œuvre de l’architecte Faucheur et placée sous le patronage de saint Nicolas de Myra. Cette église remplace la chapelle de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon. Edifiée à partir du 15 octobre 1847 sur l’emplacement de l’ancien cimetière, l’église est terminée et bénie le 18 septembre 1849 par Mgr Alexandre Jaquemet, évêque de Nantes ;

– la chapelle Sainte Anne de Rotz (XVII° siècle – 1860), située à La Cour de Rotz. Cette chapelle, attenante au manoir de Rotz, appartenait jadis aux bénédictins de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon. La chapelle est restaurée en 1860 et une messe y est célébrée jusqu’en 1959 ;

– le manoir de la Chapelainie (XIII) siècle). Ce manoir semble être, à l’origine, une possession des Templiers. Le lieu-dit s’appelle « l’Aumônerie » (emplacement d’une ancienne léproserie) ;

– les vestiges de la Chapelle de la Madeleine (XVII) siècle), situées en face de l’Aumônerie, à l’emplacement d’une ancienne léproserie ;

– la chapelle Saint-Joseph (1840), située à La Provotaie. Cette chapelle a été restaurée par l’association du même nom ;

– le château du Châtelet (XIV) siècle), situé au Châtelet. La seigneurie du Châtelet est constituée d’une ancienne métairie ayant appartenu autrefois à l’abbaye Saint-Sauveur de Redon. L’édifice s’ouvre entre deux tours par une poterne et une porte principale ;

– les vestiges de la maison du Contrebandier (XVII) siècle), situés à la Grotte d’Etriel ;

– un moulin à tan ;

À signaler aussi :

– les fours à pain restaurés des villages (XVIII-XIX-XX) siècle), situés à La Provotais, à la Jostais et à Quinsignac

– le port du canal (1833). Commencés en 1806, les travaux sont  interrompus en 1822. Le port est ouvert au commerce le 28 décembre 1833 ;

– la grotte d’Etriel (1954), œuvre du sculpteur Pierre Evain. Une niche abrite une statuette de la Vierge. La grotte a été bénie le 15 août 1954

Evolution de la population

1975 1982 1990 1999 2005 2013 2015 2020 2024
Saint-Nicolas-De-Redon 2763 2951 2916 2802 2910 3214 3157 3280 3343